Carolin Brand : étudiante du mois

dimanche 18 novembre 2018 | Actualités

Ses études au CRCHUS portent sur les flavivirus, tels le virus du Nil occidental, le virus de la fièvre jaune et le virus Zika.



Axe : Cancer biologie, pronostic et diagnostic

Centre de recherche du CHUS

« Les virus me passionne. C’est fascinant à quel point ces petites entités, avec si peu de gènes, peuvent moduler autant de processus cellulaires et causer une multitude de pathologies. Un aspect de mon projet de recherche qui me passionne particulièrement est l’approche à haut débit qui donne une quantité phénoménale de résultats. Parmi le grand nombre de gènes dont l’expression ou l’épissage alternatif sont dérégulés suite à l’infection virale, je peux choisir quelques gènes candidats que je trouve particulièrement intéressants à étudier de façon plus approfondie, par exemple pour caractériser leur rôle dans la réplication virale, dans l’évasion de la réponse immunitaire, ou dans le développement d’une pathologie » souligne Carolin Brand étudiante au doctorat en biochimie.

 

Par ses études sur les flavivirus, sous la direction de Martin Bisaillon et la co-direction de Brian Geiss, Carolin Brand contribue certainement au développement de la recherche au sein du CRCHUS!

Les virus et leur hôte

Lors de sa maîtrise, Carolin a étudié la caractérisation de l’interaction de deux protéines du virus du Nil occidental afin de déterminer si cette interaction est essentielle à la réplication virale et pourrait être ciblée pour le développement d’un composé antiviral. Ceci l’a mené, lors de son doctorat, à se pencher sur l’interaction d’un virus-hôte.

Des virus aux pathologies très distinctes

Pour ce faire, elle étudie les changements que provoquent trois flavivirus (Kunjin, virus de la fièvre jaune et virus Zika) apparentés au transcriptome et au protéome de leurs cellules hôtes. Plus précisément, l’étudiante s’intéresse aux changements provoqués par ces trois virus aux niveaux d’expression des gènes et à l’épissage alternatif des transcrits de la cellule d’hôte. À l’aide d’une approche à haut débit, Carolin en est venue à la conclusion que les trois flavivirus ont des effets différents sur leurs cellules hôtes, ce qui explique la raison pour laquelle ces virus de la même famille causent des pathologies très distinctes.

Outre ce résultat, les travaux de recherche de Carolin démontrent que l’infection avec des flavivirus dérégule les niveaux d’expression de même que l’épissage alternatif d’un grand nombre de gènes de la cellule hôte.

À la recherche d’un traitement antiviral

Passionnée par son sujet de recherche, Carolin souhaite poursuivre ses recherches dans le but de déterminer les mécanismes en lien avec les modifications d’expression des gènes et d’épissage alternatif qui sont observées dans les cellules infectées. Une telle étude pourrait mener à la découverte de nouvelles cibles pour le développement d’un traitement antiviral.



<< Retour à la liste des nouvelles
Partager