Chercheur du mois de septembre : Nicolas Gévry, Ph.D.

samedi 01 septembre 2018 | Actualités

De façon générale, le chercheur est passionné par tout ce qu’il touche.



Département de biologie

Axe Cancer : biologie, pronostic et diagnostic et Diabète, obésité et complications cardiovasculaires

Nicolas Gévry a effectué des études doctorales à l’Université de Montréal et postdoctorales à l’Université Cornell, aux États-Unis, et à l’Université de Sherbrooke. Au cours de celles-ci, il a développé ses connaissances sur la compréhension des mécanismes de la transcription et de leur implication dans certains systèmes biologiques contrôlés par les hormones.

Au fil des années, il a acquis une expertise particulière dans le domaine des cancers hormono-dépendants et des récepteurs nucléaires. Les récepteurs nucléaires représentent une des plus grandes familles de facteurs de transcription, comprenant 48 membres identifiés dans le génome humain. « Nos connaissances sur la régulation de l’expression génique par les récepteurs nucléaires se sont étendues depuis ces dernières années, principalement grâce à l’observation que, non seulement l’interaction du récepteur avec l’ADN est importante dans la réponse transcriptionnelle, mais aussi que les coactivateurs, les corépresseurs et l'environnement chromatinien sont fondamentaux dans la transmission des signaux hormonaux à la machinerie transcriptionnelle », explique-t-il.

Étant donné l’importance des récepteurs nucléaires en endocrinologie et de leurs rôles dans le développement de certaines maladies, une compréhension détaillée de leurs fonctions a un impact en biologie humaine et animale, mais également dans le développement de nouveaux médicaments pour le traitement de pathologies endocriniennes comme les cancers du sein et de la prostate, l’obésité et l’infertilité.

Un laboratoire de renommée internationale

Le laboratoire de Nicolas Gévry a maintenant une réputation internationale grâce à des découvertes touchant les mécanismes de l'expression des gènes contrôlés par les récepteurs nucléaires et de leur implication dans certaines pathologies telles que le cancer du sein et l’infertilité. « Le laboratoire est aussi reconnu pour les approches novatrices utilisées pour réaliser ces différents projets. Notre équipe profite de son expertise en biologie des systèmes, en génomique et en bioinformatique pour répondre de façon originale aux différentes questions biologiques », affirme le chercheur Gévry.

Passionné au travail comme au quotidien

De façon générale, le chercheur est passionné par tout ce qu’il touche. Il peut donc passer un temps fou à comprendre les fondements des projets dans lesquels il s’implique, que ce soit dans la vie de tous les jours ou au travail. « Plus particulièrement, ce qui me passionne dans mon travail, c’est de trouver des liens originaux entre des domaines qui ne sont pas forcément associés et de les appliquer à nos projets de recherches. La réflexion liée à la compréhension des résultats expérimentaux et l’établissement des suites des projets s’avèrent une stimulation intellectuelle des plus intéressantes que j’ai la chance d’avoir en tant que chercheur! »



<< Retour à la liste des nouvelles
Partager