Professionnelle du mois de septembre : Marie-Soleil Carroll

samedi 01 septembre 2018 | Actualités

Son dévouement et sa flexibilité en termes de disponibilité ont certainement contribué au succès du travail accompli au laboratoire.



Axe Inflammation-Douleur

Département de réadaptation

Marie-Soleil Carroll est détentrice d’un Baccalauréat en sexologie de l’UQAM et d’une Maitrise en sexologie, volet recherche et intervention du même établissement. Elle est également en voie de terminer un microprogramme en conseillance pédagogique à l’Université de Sherbrooke.

Au cours de ses études, Mme Carroll a effectué une recherche qualitative pour analyser le contenu des questions posées sur le site internet de Tel-Jeunes, par des jeunes âgés de 11 à 14 ans. « L’objectif était de faire ressortir les préoccupations sur la sexualité, la place des codes de la pornographie et de vérifier la présence de liens avec la sexualisation précoce », affirme Marie-Soleil Carroll. Au cours de ses études supérieures, elle a développé une expertise en lien avec l’élaboration d’outils pédagogiques sur la santé et l’accompagnement d’équipes d’enseignants.

Faire la lumière sur les dysfonctions gynécologiques

Par la suite, elle a joint l’équipe de Mélanie Morin, dont les travaux portent principalement sur les dysfonctions urologiques et gynécologiques comme que la dyspareunie, l’incontinence urinaire, les prolapsus pelviens (descentes d’organes) et les lésions des muscles du plancher pelvien lors de l’accouchement. « Actuellement, les projets de recherche de la chercheure Morin portent sur la dyspareunie chez les survivantes d’un cancer gynécologique, l’incontinence urinaire chez les femmes multipares présentant une lésion gynécologique appelée l’avulsion », dit-elle. Mme Carroll a aussi travaillé sur un projet qui vise à déterminer une règle de prédiction de l’incontinence urinaire chez les femmes.

Dans le laboratoire, Marie-Soleil Carroll a veillé notamment à la coordination des projets de recherche et au recrutement des participantes. « Au labo, nous avons développé une expertise en lien avec les différentes façons de recruter. Par les différents projets qui évaluent l’efficacité de traitement de physiothérapie, nous offrons la possibilité à des femmes de recevoir des traitements de rééducation périnéale totalement gratuitement. Ils sont alors plus accessibles pour les clientèles ne pouvant pas s’en payer au privé. Mon dévouement et ma flexibilité en termes de disponibilité ont certainement contribué au succès du travail accompli au laboratoire », poursuit Mme Carroll.

Ce qui la passionne le plus dans son travail? Pouvoir mettre sa créativité à profit dans le développement d’outils informatifs pour les patientes ou dans les façons de recruter, mais surtout avoir le sentiment de faire une différence dans la vie des gens en leur permettant de recevoir des traitements qui, dans la plupart des cas, changent leur vie!



<< Retour à la liste des nouvelles
Partager