Julie Carrier, M. D.

Julie Carrier

Chercheure
Axe Cancer : biologie, pronostic et diagnostic
Centre de recherche du CHUS

Gastro-entérologue
Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke

Professeure agrégée
Département de médecine | Service de gastro-entérologie
Faculté de médecine et des sciences de la santé    
Université de Sherbrooke

Coordonnées
Téléphone | 819 346-1110 poste 12336
Télécopieur | 819 564-5320

Courriel | Julie.Carrier2@usherbrooke.ca

                                              

Importance de la recherche

Implication de certains récepteurs nucléaires dans l'épithélium intestinal sain et le développement du cancer colorectal

Les récepteurs nucléaires sont des facteurs de transcriptions dont l'activité est modulée par la présence d'un ligand. Ces récepteurs, souvent métaboliques ou hormonaux, régulent des processus cellulaires fondamentaux, telles que la prolifération, la différenciation, la survie, la motilité, l'invasion et la réaction inflammatoire. De plus, dans l'épithélium intestinal, les récepteurs nucléaires régulent des fonctions biologiques spécifiques telles que l'absorption des nutriments et des sels biliaires et la réponse aux xénobiotiques et aux microorganismes. Lorsque ces fonctions biologiques ne sont pas contrôlées adéquatement, il peut y avoir dysfonctionnement intestinal ainsi que transformation d’une cellule saine en cellule cancéreuse. Le cancer colorectal est d'ailleurs la seconde cause de mortalité par cancer au Canada et un problème de santé publique important considérant le vieillissement de la population à risque.

Dre Carrier est gastroentérologue et chercheure. Son équipe de recherche se consacre à la caractérisation de la régulation de l'expression, des gènes cibles et de la fonction des récepteurs estrogéniques et reliés aux sels biliaires (ER, ERR et FXR).  Ses recherches visent entre autre à mieux comprendre le rôle que jouent les récepteurs estrogéniques et reliés à l'estrogène dans le développement du cancer colorectal, via la modulation du métabolisme énergétique et des voies de signalisation pro-oncogéniques. De plus, son équipe vise aussi à mieux comprendre les mécanismes moléculaires impliqués dans le maintien des fonctions de l'intestin suite à l'activation du récepteur aux sels biliaires FXR, ce qui pourrait mener à un traitement des maladies inflammatoires de l'intestin. Pour ce faire, son équipe utilise des approches de biologie moléculaire et cellulaire, tant in vitro qu'in vivo.
  

               

Vers le haut

Réalisations représentatives

  • Chercheure-boursière clinicienne, Junior 2, FRSQ

          

Savoir-faire

  • Biologie moléculaire et cellulaire in vitro et in vivo

            

Vers le haut