Jean-Patrice Baillargeon, M. D., M. Sc.

Chercheur
Axe Diabète, obésité et complications cardiovasculaires
Centre de recherche du CHUS

Endocrinologue
Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke

Professeur titulaire
Département de Médecine et Physiologie/Biophysique
Faculté de médecine et des sciences de la santé
Université de Sherbrooke

Coordonnées
Téléphone | 819 346-1110 poste 14853
Télécopieur | 819 564-5292
Courriel | Jean.Patrice.Baillargeon@USherbrooke.ca
  

Importance de la recherche

RÉDUIRE L’IMPACT DE L’OBÉSITÉ SUR LA SANTÉ MÉTABOLIQUE ET ENDOCRINIENNE CHEZ LA FEMME : Rôle des acides gras dans le développement du syndrome des ovaires polykystiques et prise en charge de l’obésité en première ligne.

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) est une condition fréquente affectant 6-10% des femmes en âge de procréer. Le SOPK est défini par un hyperandrogénisme, une anovulation chronique et/ou des ovaires polykystiques. Ces femmes consultent pour des problèmes esthétiques (pilosité au visage, acné) ou de l’infertilité. Malgré une recherche prolifique, plusieurs questions restent encore ouvertes quant aux mécanismes par lesquels la résistance à l’insuline ou l’insuline cause l’hyperandrogénisme du SOPK. Le programme de recherche du Dr Jean-Patrice Baillargeon a pour but d’élucider le rôle des acides gras dans la pathogenèse du SOPK. L’adoption de saines habitudes de vie est essentielle pour réduire la lipotoxicité du SOPK et le fardeau de l’obésité au Canada. Le Dr Baillargeon s’attarde aussi à étudier les meilleures approches pour supporter les soins primaires dans la prise en charge de l’obésité. Le but ultime de ces recherches est donc de réduire l’impact de l’obésité sur la santé, surtout celle des femmes, et de favoriser un transfert rapide des connaissances à la clinique en utilisant une approche translationnelle.

Le programme de recherche est donc composé de 2 principaux objectifs: 1) Déterminer l’impact des acides gras non estérifiés sur l’induction d’une hypersécrétion androgénique et les mécanismes associés. Cet objectif est vérifié in vivo chez des femmes présentant ou à risque de SOPK, et in vitro dans des cultures de cellules surrénaliennes et/ou ovariennes bovines, canines ou humaines. Cette portion du projet est novatrice puisque les aspects cliniques sont en continuité avec les orientations fondamentales du laboratoire. 2) Évaluer les impacts d’une prise en charge de l’obésité, surtout en favorisant l’adoption de saines habitudes de vie, intégrée à la pratique des professionnels de soins primaires ou de la clinique de fertilité.
Suite à l’obtention de son doctorat en médecine et sa spécialité en endocrinologie, le Dr Baillargeon a acquis une formation de pointe en endocrinologie de la reproduction ainsi qu’en biostatistiques durant une formation postdoctorale et une maîtrise aux E-U, au Virginia Commonwealth University.

 

Vers le haut

Réalisations représentatives

  • Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC-PASS) – $ 345 000 pour 3 années
  • Octrois additionnels des IRSC, Ministère de la Santé et des Services Sociaux du Québec, Fondation des Étoiles, Diabète Québec, Université de Sherbrooke, totalisant plus de $ 70 000 / année
  • Le Dr Baillargeon a publié plus de 75 articles révisés par les pairs et chapitres de livre
  • Le Dr Baillargeon surpervise/a supervisé 11 étudiants gradués et postdoctoraux

  

Savoir-faire

  • Expertise internationale en obésité et surtout en SOPK
  • Expertise reconnue pour conduire des études métaboliques chez l’humain
  • Expertise démontrée en méthodologie de la recherche clinique et biostatistique appliquée

            

Vers le haut