Diane Rottembourg, M. D., M. Sc.

Diane RottembourgChercheure
Axe Inflammation-Douleur
Centre de recherche du CHUS

Endocrinologue pédiatrique
Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke

Professeure adjointe
Département de pédiatrie | Service d’endocrinologie pédiatrique
Faculté de médecine et des sciences de la santé
Université de Sherbrooke

Coordonnées
Téléphone | 819 346-1110 poste 73147

Courriel | Diane.Rottembourg@USherbrooke.ca

  

Importance de la recherche

Les lymphocytes et leurs cibles antigéniques dans les maladies auto-immunes endocriniennes

Les maladies auto-immunes affectent 7 à 9% de la population mondiale et sont une cause importante de morbidité et de mortalité. Ces maladies sont très variées selon l’organe cible de l’attaque auto-immune. Les thyroïdites, le diabète de type 1, la sclérose multiple, la maladie cœliaque en sont des exemples. À ce jour, il n’existe pas de traitement curateur pour ces maladies, mais uniquement des traitements symptomatiques.

La Dre Diane Rottembourg s’intéresse à des maladies auto-immunes touchant les glandes endocrines (la thyroïde ou la surrénale) et aux lymphocytes T (un type de globules blancs) participant à l’inflammation de ces glandes. Son programme de recherche comprend des études chez les patients, dans le but d’identifier les lymphocytes T auto-réactifs dans le sang circulant, et chez la souris, avec la création d’un modèle animal d’insuffisance surrénale auto-immune. Ces travaux visent à améliorer la compréhension des acteurs et des cibles de la réaction auto-immune dans l’insuffisance surrénale auto-immune et la thyroïdite. Les résultats devraient permettre de développer des stratégies de traitement plus ciblées (immunothérapie) dans ces maladies et dans les maladies auto-immunes en général.

 

Vers le haut

Réalisations représentatives     

  • Première identification de peptides immunodominants (auto-antigènes), cibles de lymphocytes T chez des patients avec insuffisance surrénale auto-immune; J Autoimmun. 2010 Dec;35(4):309-15
  • 2007: “Research fellowship” de l’ESPE (European Society of Pediatric Endocrinology)
  • Collaboration multicentrique : Centre de Recherche du CHU Sainte-Justine à Montréal, INSERM U561, Hôpital St-Vincent de Paul à Paris

   

Savoir-faire        

  • Techniques d’immunologie cellulaire (lymphocytes T)
  • Technique ELISPOT
  • Marquage immuno-histochimique de tissus
  • Transfert de cellules
  • Cytométrie de flux
  • Marquage de cytokines intracellulaires
  • Séparation cellulaire
  • Test de prolifération de cellules T

         

Vers le haut