Dimitri Ryczko, Ph. D.

Chercheur
Axe Inflammation-Douleur
Centre de recherche du CHUS

Professeur adjoint
Département de pharmacologie-physiologie
Faculté de médecine et des sciences de la santé
Université de Sherbrooke

Coordonnées
Téléphone | 819 821-8000 poste 75347

Courriel | dimitri.ryczko@gmail.com

   

Importance de la recherche

Rôle du tronc cérébral et de la moelle épinière dans le contrôle locomoteur

Les circuits neuronaux du tronc cérébral occupent une place importante dans le contrôle des mouvements locomoteurs. Ils génèrent la commande neurale envoyée à la moelle épinière pour activer les muscles et ainsi produire les mouvements locomoteurs. Ces circuits contrôlent la nage chez le poisson, la marche chez le chat ou le vol chez l'oiseau. Lorsque les circuits du tronc cérébral ou leurs cibles sont endommagées, des déficits locomoteurs apparaissent. Dans la maladie de Parkinson, la dégénérescence des circuits du tronc cérébral est associée à la présence de sévères déficits locomoteurs. Après une lésion de la moelle épinière, la commande neurale provenant du tronc cérébral ne peut plus activer les circuits spinaux produisant les mouvements, ce qui conduit à une paralysie des membres. Or les mécanismes à travers lesquels ces circuits contrôlent le mouvement restent en grande partie à identifier.

Notre objectif à long terme est d'identifier le rôle des cellules du tronc cérébral et de la moelle épinière dans le contrôle des mouvements locomoteurs. Nous utilisons plusieurs techniques incluant électrophysiologie, imagerie calcique, neuroanatomie et analyse du mouvement dans deux modèles animaux, la salamandre et la souris. La salamandre est un tétrapode ayant la capacité remarquable de régénérer son système nerveux central après une lésion, ce qui en fait un modèle idéal pour étudier les mécanismes de régénération du système nerveux. La souris est utilisée pour examiner les réseaux locomoteurs chez le mammifère. Les nouvelles connaissances permettront une meilleure compréhension du rôle des cellules du cerveau dans le contrôle des mouvements et dans le futur aideront à identifier de nouvelles stratégies cliniques pour améliorer la fonction locomotrice chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson ou de lésions de la moelle épinière.

Vers le haut

Réalisations représentatives

    • Nigral glutamatergic neurons control the speed of locomotion. Ryczko D, Grätsch S, Schläger L, Keuyalian A, Boukhatem Z, Garcia C, Auclair F, Büschges A, Dubuc R. Journal of Neuroscience 2017 37(40):9759-9770
    • A descending dopamine pathway conserved from basal vertebrates to mammals. Ryczko D, Cone JJ, Alpert MH, Goetz L, Auclair F, Dubé C, Parent M, Roitman MF, Alford S, Dubuc R. PNAS 2016 113(17):E2440-9.
    • Forebrain dopamine neurons project down to a brainstem region controlling locomotion. Ryczko D, Grätsch S, Auclair F, Dubé C, Bergeron S, Alpert MH, Cone JJ, Roitman MF, Alford S, Dubuc R. PNAS 2013 110(34):E3235-42.

Savoir-faire

  • Électrophysiologie
  • Imagerie calcique
  • Neuroanatomie
  • Analyse cinématique du mouvement
  • Optogénétique
  •  

      

Vers le haut