Le Mai Tu, M. D., M. Sc., FRCSC

Le Mai TuChercheur
Axe Inflammation-Douleur
Centre de recherche du CHUS

Urologue
Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke

Professeur titulaire
Département de chirurgie | Service d’urologie
Faculté de médecine et des sciences de la santé
Université de Sherbrooke

Coordonnées
Téléphone | 819 346-1110 poste 14595  
Télécopieur | 819 820-6411

Courriel | Le.Mai.Tu@usherbrooke.ca

 

Importance de la recherche

La dysfonction mictionnelle

La dysfonction mictionnelle englobe l’un des grands segments de l’urologie mis à part l’oncologie, l’endo-urologie, et l’infertilité. Elle comprend entre autre l’incontinence urinaire (IU) qui peut survenir plus tôt chez les femmes et un peu plus tardivement chez les hommes. On estime qu’environ 21% de la population canadienne souffre d’une certaine forme d’IU qui ne met pas en danger la vie de la personne, mais qui entraine un impact très négatif sur la qualité de vie de la personne atteinte. Ce problème devient de plus en plus prévalent et même majeur à cause du vieillissement de la population.  De plus, l’IU peut aussi être une conséquence grave après une prostatectomie radicale pour le cancer de la prostate. On estime que de 5 à 12 % de ces patients souffriront d’un certain degré d’incontinence et aimeraient recourir à un traitement chirurgical ou autre qui pourrait améliorer leur qualité de vie.


Par ailleurs, les patients peuvent aussi avoir une dysfonction mictionnelle comme suite de leur pathologie neurologénique telle que les maladies neurologiques dégénératives, la sclérose en plaques, les accidents cérébro-vasculaires, les traumatismes médullaires, etc. Ces patients ont besoin d’une évaluation spécialisée pour leur problème afin d’obtenir un traitement spécifique et efficace tout en tenant compte de leur état neurologique adjacent. Cette partie de l’urologie comprend aussi tous les aspects relativement à la douleur pelvienne chez l’homme et la femme. Le syndrome de la vessie douloureuse/douleur pelvienne chronique/cystite interstitielle englobe toutes les pathologies fonctionnelles du plancher pelvien. Ceci peut se manifester sous forme de douleur pelvi-périnéale et/ou de symptômes du bas appareil urinaire. Le management demeure difficile et demande une collaboration entre patient / médecin afin d’obtenir un plan de traitement individualisé et approprié avec une efficacité optimale.


Finalement, la Dre Le Mai a aussi développé une expertise concernant les prolapsus pelviens tant au niveau du traitement conservateur, avec l’aide d’une équipe infirmière spécialisée, qu’au niveau chirurgical. Ceci permet d’offrir à la population régionale, suprarégionale et provinciale tous les avancements à la fine pointe de la technologie dans ce domaine. Enfin, la neuromodulation pour la dysfonction mictionnelle demeure une de ses priorités tant dans sa pratique qu’au niveau de la formation. Que ce soit au niveau sacré et surtout au niveau pudendal, le CHUS est le centre de référence provincial.

  

Vers le haut

Réalisations représentatives

  • Plus de 20 protocoles de recherche clinique à titre d’investigateur principal
  • 17 protocoles de recherche institutionnels
  • 25 publications à titre de co-auteur; 1 chapitre de livre
  • 39 présentations et résumés scientifiques en collaboration avec les résidents en urologie et gynécologie
  • Montage et direction de la Clinique d’incontinence urinaire et de dysfonction mictionnelle et de prolapsus pelvien
  • Montage de l’Unité de sexualité humaine

    

Savoir-faire

  • Urologie féminine et urodynamie
  • Dysfonction urinaire chez l’homme et la femme
  • Dysfonction urinaire chez les personnes âgées
  • Douleur pelvienne chez l’homme et la femme
  • Prolapsus pelvien et reconstruction du plancher pelvien chez la femme
  • Vessie neurogène

    

Vers le haut