18 centres de recherche mobilisés contre les coupes en recherche en santé

2013-01-29

Les 18 centres de recherche en établissements de santé du Québec réagissent vivement réagi aux coupes de 10 millions $ au Fonds de recherche du Québec – Santé (FRQS) annoncées par le gouvernement du Québec.

Campagne Je suis Michèle | Mobilisés contre les coupures en recherche en santé


Les coupes annoncées vont notamment compromettre des programmes de recherche en cours dans les établissements publics de santé, forcer la fermeture de laboratoires et mettre en péril l’accès des Québécois à des soins de pointe et à des traitements expérimentaux.

  

> Soutenez la campagne en 7 façons faciles

 

Impacts immédiats pour les patients

Pour de nombreux Québécois, la recherche représente l’accès à des techniques de pointe et à des traitements expérimentaux. Les travaux des chercheurs ont un bénéfice direct pour la population qui a accès à des traitements qui sont parfois exclusifs au Québec, et ce, dans les établissements de santé où ils sont traités.
      
Pour de nombreux patients, l’accès à des équipes de chercheurs représente bien souvent l’ultime espoir quand les traitements connus ont atteint leurs limites.

   

10 millions $ de coupes : des scénarios impossibles à envisager

Ces coupes pourrait représenter l'un des 3 scénarios suivants ou une combinaison de ceux-ci:

  1. réduire de 85 % les bourses de formation accordées aux étudiants de haut niveau (maîtrise, doctorat et postdoctorat)

  2. réduire de 50 % les bourses de carrière pour soutenir les chercheurs établis

  3. réduire de 30 % le budget que le FRQS accorde aux 18 centres de recherche en établissements de santé

Campagne Je suis Michèle

Soutenez- nous et dénoncez les coupures du gouvernement.

  

Comment?

En visitant...

> JesuisMichèle.com
> En racontant votre histoire
> En envoyant un message au ministre

En partageant sur...

Facebook/jesuismichele


Twitter/jesuismichele
mot-clic:  #recherche

Youtube/jesuismichele


Volte-face du gouvernement

« Ces coupes inattendues viendront amputer de manière drastique et définitive la recherche en santé au Québec, en plus de fragiliser l’espoir de milliers de patients qui bénéficient, en ce moment, de soins de pointe et de traitements expérimentaux. »

Dr Marek Rola-Pleszczynski, directeur du Centre de recherche clinique Étienne-Le Bel du CHUS
(au nom des 18 centres de recherche en établissement de santé du Québec)

Ces coupes sont d’autant plus surprenantes que le ministre de la Santé, Réjean Hébert, avait écarté du revers de la main cette option dans les jours précédant le dépôt du budget. Deux semaines plus tard, le Conseil du Trésor faisait volte-face et imposait le couperet à la recherche au Québec.

  

Des demandes claires

Les centres de recherche en établissements de santé demandent au gouvernement du Québec et à son ministre Pierre Duchesne:

  • d’annuler immédiatement les coupes annoncées et ainsi respecter leur engagement
  • de déposer, sans délai, la Politique nationale de recherche et d’innovation, et la remplacer par la Stratégie québécoise de recherche et d’innovation mise en place par le gouvernement précédent depuis les trois dernières années.

 

Prenez connaissance du dossier 

> Coupes en recherche en santé | Lisez les points de vue: patient, chercheur et étudiant
Coupes en recherche en santé | Les centres de recherches se réjouissent des ajustements du gouvernement
> Coupes en recherche en santé | Investir en recherche, c'est nourrir l'espoir

Poursuivez votre lecture

> JesuisMichèle.com

> Quelques chiffres sur la recherche en établissements de santé au Québec [pdf]

> Ce qu'ils ont dit... [PDF]

 

Partagez cet article