Patricia Bourgault : chercheure du mois

Monday November 25, 2019 | News

Passionnée, Patricia Bourgault rayonne



Axe Inflammation-douleur

Infirmière de formation, Patricia Bourgault est vice-doyenne aux sciences infirmières, directrice de l’École des sciences infirmières de l’Université de Sherbrooke et chercheure au sein de l’axe Inflammation-douleur du Centre de recherche du CHUS. La polyvalence de la chercheure a été reconnue récemment à l’occasion d’une nomination au Mérite estrien de La Tribune, qui souligne l’apport d’individus qui font la différence jour après jour à leur façon. Une reconnaissance plus que méritée!

La recherche au centre de ses champs d’intérêt

Malgré ses nombreux titres et les tâches administratives qui occupent son emploi du temps, la gestionnaire parvient à s’investir dans un milieu qui l’alimente et lui tient à cœur : la recherche. Experte en gestion de la douleur, elle exploite son savoir en évaluant et en développant des interventions pour la soulager ou la contrôler. Un de ses projets de recherche en cours porte d’ailleurs sur la gestion de la douleur aiguë et postopératoire.

Plus précisément, la chercheure Bourgault et son équipe interdisciplinaire ont mis en place un algorithme novateur qui oriente la prise de décisions et l’utilisation judicieuse de médicaments pour soulager la douleur plus efficacement. Cet outil a été implanté dans les unités de chirurgie de l’Hôpital Fleurimont et de l’Hôtel-Dieu de Sherbrooke, et a mené à la création d’une sous-étude qui permettra d’évaluer l’accessibilité et la faisabilité de cette intervention. Jusqu’à présent, l’algorithme est bien accueilli auprès des professionnels de la santé de même qu’auprès de l’Ordre régional des infirmières et des infirmiers de l’Estrie, qui lui a décerné le prix Innovation clinique en 2018.

Dévouée à son premier amour : la profession infirmière

En plus de son intérêt pour le domaine de la douleur, elle accorde une importance au rôle des infirmières dans la dispensation des soins ainsi qu’à l’impact de leur apport sur la qualité des soins. Elle met de l’avant la capacité des patients à prendre soin de leur santé. Ces deux intérêts transparaissent notamment dans le programme PASSAGE (Programme d’Apprentissage de StratégieS de Gestion Efficaces), lequel a été mis sur pied, entre autres, par Patricia Bourgault. Celui-ci implique des professionnels de la santé, dont des infirmières, et est offert à une clientèle parfois isolée : les fibromyalgiques. À travers de telles études, elle travaille constamment à ce que la recherche serve le domaine clinique et soutienne la pratique infirmière et les patients. Un mandat qu’elle remplit haut la main!

D’ailleurs, elle s’investit auprès d’étudiants réalisant des projets qui vont dans cette même visée. Par exemple, l’étudiante Émilie Gosselin, sous sa supervision et celle de M. Stéphan Lavoie, a travaillé au développement d’une intervention infirmière visant à prévenir l’apparition de détresse péritraumatique et de symptômes de stress post-traumatique chez les patients intubés et conscients aux soins intensifs. Une collaboration qui démontre que Patricia Bourgault se donne pour mission d’améliorer les soins par la formation de la relève infirmière et qui prouve que le rôle de directrice de l’École des sciences infirmières lui va comme un gant!

Lire aussi



<< Back to news list
Share