Adopter de saines habitudes de vie permettrait d’augmenter la fertilité de 50 %

2018-06-27

Le Dr Jean-Patrice Baillargeon innove à nouveau.

Le Dr Baillargeon, endocrinologue au CIUSSS de l’Estrie – CHUS et professeur-chercheur à la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l’Université de Sherbrooke et au Centre de recherche du CHUS, propose un programme d’adoption de saines habitudes de vie. Le programme Ferti-Santé s’avèrerait une solution efficace et à moindre coût pour améliorer l’accès à la fertilité pour les femmes obèses et infertiles. Ses données ont été publiées dans la prestigieuse revue médicale éditée par l'Association médicale canadienne.

Infertilité et obésité

L'obésité peut affecter l'ovulation, les menstruations, la résistance à l'insuline et d'autres facteurs qui influent sur le cycle de reproduction :

  • 15 % des couples au Canada sont infertiles
  • 25 % des Canadiennes en âge de procréer sont en surpoids et 19 % sont obèses 
  • Le risque d'infertilité est augmenté de 78 % chez les femmes obèses et de 27 % chez les femmes en surpoids par rapport à celles qui ont un poids normal 

Syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) et infertilité

  • Le SOPK est la cause la plus fréquente d’infertilité et d’excès d’hormones mâles chez les femmes. 
  • Des niveaux élevés de gras et leurs produits de dégradation dans l’ovaire sont associés à plus d’hormones mâles et une moins bonne fertilité. 
  • Environ une jeune femme sur 12 est atteinte. 

Ferti-Santé intégré à la clinique de fertilité de l’Hôpital Fleurimont

Le programme d’intervention Ferti-Santé se concentre sur trois volets : l’alimentation, l’activité physique et les aspects psychologiques. Il a permis d’augmenter le taux de grossesse de 50 %, dont plus de la moitié sans aucune médication. Ferti-Santé augmente les chances de grossesses naturelles, sans recours à des traitements coûteux, et contribue à diminuer les complications durant la grossesse et à la naissance. Il n’existe aucun autre programme de ce genre intégré à une clinique de fertilité au Canada.

Ces importants résultats ont permis au Dr Baillargeon d’obtenir une subvention de 760 000 $ des Instituts de recherche en santé du Canada pour évaluer ce même programme d’intervention dans huit cliniques de fertilité au Canada.

« Je suis choyé de pouvoir travailler avec des personnes extraordinaires : des patientes qui me font confiance, des volontaires de recherche généreux de leur temps, des professionnels de recherche compétents et dédiés, des étudiants allumés et des collaborateurs aux vastes expertises. C’est grâce à eux que mes projets de recherche se réalisent ». Dr Jean-Patrice Baillargeon, endocrinologue 

Partagez cet article