De la vitamine C pour diminuer les effets du choc septique

2018-05-16

2,8 M $ pour le projet de recherche LOVIT de François Lamontagne

Dr François Lamontagne

Le choc septique est une virulente réponse inflammatoire généralisée de l’organisme à une infection importante. Le choc septique devient vite insurmontable et s’avère souvent mortel car il paralyse les organes vitaux et laisse des séquelles importantes. Plus de 8 millions de décès dans le monde lui sont imputés chaque année. au Canada, en Europe et aux États-Unis, il s’agit de l’une des premières causes de mortalité dans les hôpitaux.

Dr François Lamontagne, médecin intensiviste au CIUSSS de l'Estrie CHUS et professeur-chercheur à la Faculté de médecine et des sciences de la santé et au Centre de recherche du CHUS, vient d’obtenir une importante subvention de recherche pour son projet LOVIT. Un organisme subventionnaire canadien à but non-lucratif lui remet plus de 2,8 M$ pour réaliser une ambitieuse étude clinique. Le but ? Étudier l’effet de fortes concentrations de vitamine C par voie intraveineuse sur la mortalité et le besoin de soins intensifs des patients atteints de choc septique. 

L’équipe de recherche est appuyée également par les Drs Neill K. Adhikari de l’Université de Toronto ainsi que de Dr Daren K. Heyland, de la Queen’s University.

« On observe depuis quelques temps un engouement de la communauté scientifique pour les médicaments « naturels », explique François Lamontagne. Des études nous laissent croire qu'une combinaison de vitamine C intraveineuse et d’autres médicaments pourraient être efficaces pour prévenir les dysfonctionnements des organes vitaux et ainsi réduire le nombre de décès causé par un choc septique. »

> Lire la suite 

Source : Université de Sherbrooke

Partagez cet article