Professionnel de recherche du mois d'avril : Lulzim Shkreta, Ph. D.

2017-04-18

M. Lulzim Shkreta, Ph. D., s’est joint au laboratoire du chercheur Benoit Chabot en 2003. Il est un pilier du laboratoire et participe à la formation des stagiaires, étudiants gradués et postdoctorants.

Lulzim Shkreta, Ph. D.
Axe Cancer : biologie, pronostic et diagnostic
Département de microbiologie et d’infectiologie

M. Lulzim Shkreta, Ph. D., maitrise une gamme variée de techniques de biologie moléculaire. Ses expériences sont toujours empreintes du souci d’obtenir une réponse systématique et complète aux questions soulevées. M. Shkreta est tout autant enthousiasmé par les questions fondamentales portant sur les mécanismes moléculaires contrôlant l’épissage alternatif que par les applications potentielles de ses découvertes au cancer, à l’infection par le VIH et aux maladies neurodégénératives. 

En plus d’une productivité scientifique exemplaire reflétant sa grande dextérité et sa fougue au travail, M. Shkreta adore participer étroitement à la production de revues de littérature dans le domaine de l’épissage alternatif. À preuve, un manuscrit décrivant les liens entre les dommages à l’ADN et l’épissage publié dans Biomolecules en novembre 2015 et une autre revue portant sur l’épissage alternatif et les maladies humaines publiée dans Journal of Cell Biology en janvier 2016. Fait à noté, cette revue déjà citée 23 fois et sélectionnée par les éditeurs de JCB pour une réédition dans un numéro spécial en préparation. L’année 2016 a été particulièrement productive pour M. Shkreta puisque deux autres papiers dont il est premier auteur ont été publiés ; le premier dans Cell Reports sur le contrôle de l’épissage alternatif d’un gène apoptotique et le second dans Nucleic Acids Research rapportant une nouvelle molécule capable de bloquer la réplication du virus du SIDA en ciblant un régulateur d’épissage alternatif. M. Shkreta est impliqué dans plusieurs projets avec des équipes internationales qui portent sur le rôle de protéines liant l’ARN dans la régulation de l’épissage de gènes impliqués dans le cancer, l’amyotrophie spinale et la réplication virale.

Né en Albanie, M. Shkreta a obtenu son doctorat en endocrinologie à l’Université de Bologne en Italie. Il a ensuite travaillé au Royaume-Uni (University of London et le Hannah Research Institute d’Écosse) et à Toronto. Il a occupé un poste de chercheur postdoctoral chez Agriculture et Agroalimentaire Canada à Lennoxville avant de se joindre au laboratoire du chercheur Benoit Chabot. 

« J’apprécie grandement la chance que j’ai de participer à cette quête commune internationale visant à découvrir de façon rigoureuse le fonctionnement de la vie. Mon souhait le plus cher est que mes découvertes puissent contribuer à améliorer la santé humaine, particulièrement celle des habitants du Québec, ma nouvelle patrie », souligne avec enthousiasme M. Shkreta. 

 

 

Partagez cet article