Y a-t-il un lien entre l'environnement et le TDAH chez les enfants?

2018-07-18

C'est ce que tente de découvrir la professeure-chercheuse Larissa Takser.

Depuis 10 ans, près de 800 familles participent à l’étude GESTE (Grossesse et Enfant en SantTé et Environnement). Cette étude a pour but d’évaluer l’effet des contaminants environnementaux et de l’écosystème intestinal sur le risque des troubles d’attention et d’hyperactivité chez les enfants. Recrutés depuis la grossesse de leur mère, les enfants participant à l’étude seront suivis jusqu’à l’âge de 12 ans.

« La force de notre étude est que nous visons les facteurs modifiables comme le mode de consommation et l’alimentation, par exemple, le but étant d’informer les familles sur les moyens de prévention des troubles neurodéveloppementaux. Nous en sommes au suivi des enfants âgés entre 8 et 10 ans et grâce à cette subvention, pendant les 5 prochaines années, nous allons proposer aux enfants, avec l’accord de leurs parents, des tests psychologiques, un examen d’imagerie cérébrale et des analyses de sang et des selles. », explique Larissa Takser, professeure-chercheuse à la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l’Université de Sherbrooke et au CRCHUS.


Subvention majeure des National Institutes of Health (NIH)

Les NIH ont reconnu la qualité unique de l’étude GESTE qui vise l’ensemble des facteurs environnementaux tels que les contaminants chimiques, le mode de vie et les bactéries vivant dans l’intestin des enfants, tout en mettant à profit l’expertise unique du Centre de recherche du CHUS en imagerie cérébrale. Le projet a reçu subvention de plus de 1M$ US.

 

« En général, les enfants sont très enthousiastes et voient ça comme une aventure. Les parents constatent l’importance de cette recherche et leur contribution est essentielle. »

 

> Lire le texte complet

 

Source : UdeS

Partagez cet article